La couleur pourpre

 

 

La couleur pourpre

  • Pages : 261
  • Auteur : Alice Walker
  • Editeur : Robert Laffont (1 avril 1984)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2221042190
  • ISBN-13: 978-2221042199

Résumé :

"Toute ma vie je m'ai moquée de ce que les gens pensaient de moi. Mais dans mon coeur, c'était important Dieu qu'est-ce qu'il pensait. Et voilà maintenant j'ai compris, il pense pas, il se prélasse là-haut, assis sur son trône à faire la sourde oreille." Célie est née sous de tristes auspices. Hier régulièrement violée par son père et aujourd'hui négligée par son mari, elle ne connaît des hommes que leurs pires travers. L'amour, pour elle, c'est d'abord Shug, une merveilleuse chanteuse de blues qui saura l'extraire de sa pauvre vie. C'est aussi Nettie, sa soeur, missionnaire en Afrique, avec laquelle elle correspond sans relâche. L'amour, c'est encore le bon Dieu, à qui elle s'adresse parfois, même si elle a l'impression qu'il la laisse un peu tomber.

Avis :

L'histoire de Celie, une jeune enfant noire née dans la pauvreté et la ségrégation, à travers les lettres qu'elle écrit à Dieu et qui vont la sauver de l’enfer qu’elle vit au quotidien auprès de son mari. Ce livre, nous montre des femmes de caractères qui luttent pour survivre aux mauvais traitements et notamment Celie qui passera de jeune fille introvertie et brimée par son mari à une femme qui se révolte et qui deviendra complètement indépendante et libérée du joug des hommes de la famille. Dans cette histoire, on trouve une palette de sentiments comme la détresse, la souffrance, l'indifférence, mais également, le courage, l’espérance, l'amour, de l’espièglerie et de l’humour. Le personnage de Celie m'a le plus touché car elle a pu développer sa personnalité, son caractère et garder son abnégation pour tous ceux qu’elle aime. De plus, ce livre permet, de façon romancée bien sûr, de connaître un peu la vie des noirs post esclavagisme et de voir comment ils se sont intégrés à la société américaine. Cet ouvrage a été pour moi un vrai coup de cœur lorsque je l’ai lu et est à ce jour le seul qui ait réussi à me faire verser ma petite larme (un exploit !) tout en mêlant les rires. Un seul mot : superbe ! Prix Pulitzer en 1983 amplement mérité pour ce livre dont Spielberg a fait une adaptation remarquable.

Anne

Acheter ce livre !


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site